Project Description

PLANÈTES ET UNIVERS

Première quantification à partir de données satellitaires de la production photochimique d’ozone dans la très basse troposphère

Pour la première fois, la production photochimique d’ozone lors du transport transfrontière dans la très basse troposphère (au-dessous de 3 km d’altitude) a été quantifiée à l’aide uniquement de données satellitaires. Cette estimation a été effectuée avec la seule méthode satellitaire actuelle capable d’observer l’ozone dans la très basse troposphère, reposant sur la synergie des mesures dans l’infrarouge et l’ultraviolet des sondeurs IASI et GOME-2. Ces résultats inédits ont été obtenus par des chercheurs du Laboratoire interuniversitaire des systèmes atmosphériques (LISA/IPSL, CNRS / UPEC / Université Paris Diderot) et du Japan agency for marine-earth science and technology (Japon). Cette avancée majeure va permettre de mieux quantifier l’origine de la pollution à l’ozone et son export transfrontière, et d’améliorer la prévision de la qualité de l’air aux échelles régionales et globales.

cnrs_20180088_0050-web