in2p3

Institut national de physique nucléaire et de physique des particules

L’énigme de l’antimatière

Après le Big Bang, matière et antimatière s’annihilent. Une différence infime permet à une particule sur un milliard de subsister, et la lumière fut. Mais quelle diff érence ? Pour la traquer, l’Institut national de physique nucléaire et de physique des
particule (IN2P3)
s’est lancé en 2018 vers deux champs d’investigation : neutrinos et quark b. Afi n d’éclaircir les propriétés des neutrinos et des antineutrinos, l’institut s’est engagé dans le développement de l’expérience DUNE[1] aux États-Unis, a poursuivi le déploiement de l’infrastructure sous-marine KM3NeT[2] au large de Toulon et intensifi é sa participation dans l’expérience JUNO[3] en Chine. En parallèle, l’IN2P3 a rejoint l’expérience BELLE-2, située au laboratoire KEK près de Tokyo, pour eff ectuer des mesures de haute précision avec les quarks b. En effet, Belle II et l’accélérateur SuperKEKB sont sur le point de devenir la première Super Usine à b au monde (« b » désignant les particules composées de quarks beaux), permettant de collecter 50 fois plus de données que son prédécesseur Belle. Par ailleurs, de nouveaux résultats obtenus à l’accélérateur de particules
LHC (Large Hadron Collider) du CERN ont fait apparaître des déviations du modèle standard, qui pourraient correspondre à une violation des nombres quantiques des leptons.
[1] Deep underground neutrino experiment
[2] Cubic Kilometre Neutrino Telescope
[3] Jiangmen Underground Neutrino Observatory

Chiffres clés

Sonder les deux infinis

  • Près de 900 chercheurs permanents
  • + de 1 400 ingénieurs et techniciens permanents
  • + de 380 doctorants, chercheurs, ingénieurs et techniciens contractuels
  • + de 20 unités de recherche et de service
  • 6 groupements de recherche
  • + de 15 start-up